Votre Témoignage

Cette page de témoignages est un lieu d’échange, elle est un moyen pour vous de partager votre expérience.

Nous vous rappelons cependant que si tous les membres de cette page sont libres de participer et de commenter les différentes publications, la diffusion d’une publication ou d’un commentaire sur le site de Zéro Harcèlement entre élèves est équivalente à une prise de parole publique.
À ce titre, et pour garantir une ambiance de dialogue et de convivialité, nous vous invitons à suivre quelques règles indispensables :

- En tant qu’utilisateur, vous êtes responsable de vos publications. Nous vous déconseillons donc de publier des données à caractères personnel ou qui pourraient engager votre responsabilité vis-à-vis de tiers.

- Il est préférable de publier des commentaires en lien avec les sujets abordés sur la page, et il est interdit de poster des publicités ou des liens vers des sites qui n’entreraient pas dans les thèmes de conversation de la page.

- Tout propos à caractère diffamatoire, raciste, agressif ou injurieux est interdit et sera supprimé sans préavis.

Nous nous réservons le droit de ne pas publier tout contenu qui ne respecterait pas les conditions ci-dessus.
Soyons tolérants, respectueux et responsables sur Zéro Harcèlement entre élèves comme ailleurs.

Merci de votre confiance.

J’ai lu et j’accepte les conditions d’utilisation
moral Déposé le 2016-08-27 12:14:52

Tout a commencé quand je suis arrivée en sixième , je ne connaissais pas beaucoup de personnes tous mes amis étaient dans différents collèges. Quand je suis arrivé j’étais pourtant heureuse , ma vie était bien je ne m’inquiétais pas, je savais que je finirais par me faire des amis. Mes pourtant au fils des jours j'avais l’impression de déranger les autres , j'ai tout de même réussi à me faire des amis, mais la sensation de souler ou de déranger les autres étaient toujours là. Et un jours des rumeurs sur moi on circulé, au début pas trop méchant (chiante, intello,déprimé), je ne réagissais pas, je ne voulais pas faire d'histoire, mais là est mon erreur les autres élèves on commencé à me dire tout haut ce qu'il pensait (sorcière,t'es moche,t'es conne,le jour au t’aura un copain tu m'appelle). Je cachais ma peine dans mes amis, j’essayais de sourire mais au bout de deux ans même certains de mes amis on commençait à me faire des réflexions (t'es une gamine,t'es déprimé), "t'es déprimé" j'avais envie de crier je n'arrivais plus à cacher que j'allais mal sauf à mes parents qui non rien vu pendant 3 ans parce que je ne laissais rien paraître. Certaine foi pour rigoler ( ou faire des blague) des élèves s'amuser a pousser d'autres élèves dont moi et certaine fois certains me rajouter "t'es moche". Mes amis de primaire ne savaient rien, quand je les revoyais je leur mentais, je me mentez à moi même, je m'habituer aux insultes, aux rumeurs, mais je n'allais pas bien j'étais détruite , brisé. Pour les autres c'étaient normale de m'insulter , de me critiquer, me mettre à part ou me parler comme à un chien. Un jour j'ai fini par craquer, j'ai tous dis à ma mère, mais tout à empiré j'ai été prise en charge mais on m'a demandé des noms, je ne voulais dénoncer personnes, je voulais juste que tout s'arrête. Je me suis retrouvé bloqué et j'ai finis par donner des noms, évidement ça n'a pas plus aux personnes concerné, ils disaient que je mentais qu'ils ne m'avais rien fait même certains de mes amis le disait, ces soit disant amis qui m'ont tourné le dos sans s’inquiéter pour mon état, sans m'écouter en me laissant. J'ai demandé à ma mère de changer de collège, je ne voulais plus rester dans cet endroit qui me briser, je voulais retrouver mes amis de primaire ceux qui ne mont jamais jugé, qui m'aimais comme j'étais ceux à qui j'ai menti pour faire croire que j'avais une belle vie. Ma mère voulait que je me battes que je tiennes tête, mais je n'avais plus la force, cela faisait déjà trois ans que je me battais pour tenir, pour résister au suicide à la dépression ou à la fugue, j'ai été prise en charge par deux psychologues et un médecin, je prenais des médicament pour mieux dormir, pour mieux vivre, mais j'étais tout le temps angoissé, je ne dormais que trois heures par nuit depuis plusieurs mois, ma mère m'a déscolarisé le temps que je trouve un collège avant la troisième. J'ai avoué à mes amis de primaire ce qui c’était passé, ils m'ont écouté, ils m'ont encouragée. Je suis allé dans leur collège avec une amie qui vivait le même calvaire, j'ai été mise dans une classe où j'ai pu m'exprimer et témoigné pour que cela ne recommence pas, ils m'ont protégé et défendu contre ceux de mon anciens collège qui tenté de continuer, j'ai appris a refaire confiance et à rigoler comme avant , au bout de six mois (après la rentrée) j'ai commencé à arrêter les médicaments et les rendez-vous chez mes psychologues, le harcèlement c'est arrêté, mais mon combat n'est pas fini, j'en garde des sequel énorme, manque de sommeil, ashme , sensibilité , nervosité, stress, manque de confiance en moi et incapable de sortir sans maquillage, maquillage qui est devenu ma carapace. Sur quatre ans au collège trois années m'ont anéanti, trois années qui aurait pu me coûter la vie. Maintenant j'ai décider de parler pour toutes ces personnes qui comme moi ont souffert ou souffre toujours de harcèlement, pour tous ces gens qui ont peur de parler, de continuer de se battre. Aujourd'hui je ne suis plus seule, je sais que je peux vivre tranquillement même s'il me faut encore du temps pour que tout soit cicatrisé. J'ai appris à ne plus baisser la tête et à m'exprimer comme je le souhaite. Qu'est-ce qui se serais passé si je n'avais pas craqué, si je n'étais pas partie de mon ancien collège, ils auraient continué jusqu'à ce que je me suicide ? Je ne souhaite ça à personnes, même aux personnes qui m'ont fait tous se mal, je suis passé d'une fille heureuse qui ne regardé pas le regard de autres, qui avançais en regardant droit devant à une fille qui ne se reconnaissait même plus dans la glace et qui fuyais tous le monde. Je sors de mon silence et je n'ai pas peur, je n'ai plus peur . Stop au silence et au harcèlement.

0 commentaires sont disponibles Commenter ce témoignage EstherG*, college dans le 61